icone home

Départ négocié : comment s’y prendre ?

Le départ négocié, cela fait bien trop longtemps que vous y songiez sans ne jamais rien avoir osé faire … Mais aujourd’hui, c’en est trop, quitter votre entreprise demeure votre seule préoccupation. Voici quelques conseils pour que votre départ se passe dans les meilleures conditions possibles.

 

Négocier son départ avec son patron

Issue d’une négociation

Préparez votre départ négocié

Se sentir bien au sein de son entreprise est quelque chose que vous n’avez plus ressenti depuis de nombreuses années. Les raisons de cette situation sont multiples : vous ne bénéficiez plus d’augmentation depuis trop longtemps, votre nouveau poste n’est pas conforme à votre diplôme ou qualifications, vous ne vous êtes jamais senti intégré dans l’équipe…

Partir oui, mais pas sans rien ! Vous estimez avoir déjà assez donné à votre entreprise, pour si peu en retour, et souhaitez donc profiter de votre départ négocié pour que votre employeur vous « rende ce qu’il vous doit ».

  • Tout d’abord, et afin d’être bien préparé à rencontrer votre patron, préparez une liste de tous les préjudices subis, associés à leurs preuves, si vous en avez. Si votre patron a modifié votre contrat sans votre accord (déclassement par exemple), préparez les preuves de vos précédentes fonctions : notes de service, fiches de poste, ainsi que les preuves de votre fonction actuelle.
  • Ensuite, interrogez les délégués du personnel si délégués il y a, des collègues ou des anciens salariés: ont-ils déjà négocié des départs et comment cela s’est-il déroulé ?
  • Demandez-vous également si l’obtention d’indemnités légales vous suffit, ou si vous souhaitez également obtenir une indemnité de licenciement, c’est-à-dire une somme en plus pour le préjudice subi. Si tel est le cas, il vous faudra estimer le préjudice subi. Si certaines de vos connaissances ont été dans une situation identique, demandez-leur conseil. Vous avez également la possibilité de contacter un avocat.

 

Prenez rendez-vous avec votre employeur

Une fois ces précautions prises, et vos documents prêts, il est temps de faire le grand saut et de prendre rendez-vous avec votre employeur, avant d’entamer quelque démarche que ce soit. Mais attention, prenez garde et rappelez-vous qu’un départ négocié n’est pas automatique ! Votre employeur peut très bien refuser la négociation et vous demander bien gentiment de démissionner, s’il considère qu’il n’a rien à se reprocher.

 

Départ négocié et types d’employeurs

Vous pouvez faire face à différents types d’employeurs lors de votre départ négocié :

  • Ceux qui préfèrent voir leurs salariés démissionner plutôt que de leur payer des indemnités conséquentes
  • Ceux qui rencontrent moins de difficultés économiques et qui acceptent de négocier votre départ
  • Ceux qui acceptent de négocier votre départ par peur de risquer un prud’hommes et de devoir payer encore plus cher.

En tant que salarié souhaitant un départ négocié, vous avez le droit d’être assisté lors de votre entretien, par la personne de votre choix appartenant à l’entreprise ou par un conseiller inscrit sur la liste préfectorale. Le salarié qui décide d’être assisté doit préalablement en informer son employeur, qui pourra alors également bénéficier de cette aide.

Il n’existe pas de véritables formules magiques pour négocier son départ, tout se fait au cas par cas. Toutefois, en suivant les conseils précédemment prodigués, vous parviendrez peut-être à faire pencher la balance en votre faveur. Bon courage, et bonne négociation.

Laisser un commentaire





* Champs obligatoires

Inter-Logistic : logistique industrielle en Alsace


KitPower

Devenir Rédacteur

Vous avez une question ou une suggestion ? N'hésitez pas à nous contacter :

Contactez-nous